skip to Main Content

Pour répondre à vos questions, vous trouverez ici en ensemble de questions / réponses. Besoin de plus d’informations ? N’hésitez pas à nous contacter.

L’eau est achetée à deux syndicats : le Syndicat Intercommunal des Eaux du Foulon (un affluent du Loup), ou SIEF, et le SICASIL (qui transporte de l’eau du Loup et de la Siagne).
Elle est ensuite stockée dans trois réservoirs (Tameyé, Peyrebelle, La Roberte), puis distribuée jusqu’aux abonnées par 104 km de réseau. Elle atteint ainsi en toute sûreté nos robinets 24h/24 sur tout le territoire.

Les eaux usées sont collectées et transportées jusqu’à la station d'épuration des Bouillides.
C’est la première station à traiter les micropolluants tels que les pesticides, les résidus de traitements médicamenteux. Les enjeux sont importants puisque la Bouillide se jette dans la Brague qui alimente la nappe phréatique d'Antibes et se jette dans la mer.

Le chlore garantit le maintien de la qualité de l’eau distribuée et prévient la formation et le développement de bactéries lors de son transport dans les canalisations.  Pour enlever le goût du chlore, il suffit de laisser l’eau s’aérer dans une carafe et de la placer dans le réfrigérateur.

La qualité de l’eau est soumise à un contrôle officiel, qui relève de la compétence du Ministère des Solidarités et de la Santé, et d’une surveillance permanente d’Hydropolis qui contribuent ensemble au respect des paramètres réglementaires.

Ce contrôle s’effectue à partir de prélèvements, avant et après traitement à la sortie de l’installation ainsi que sur les réseaux, sous l’autorité de l’Agence Régionale de Santé (ARS). La fréquence et la nature des analyses réglementées dépendent du débit de production, du nombre d’habitants et du type de désinfection. Les résultats des analyses effectuées par des laboratoires agréés sont communiqués à l’ARS qui les transmet aux Maires, responsables de la qualité de l’eau.

Tout consommateur qui désire connaître les résultats des analyses de l’ARS sur la qualité de l’eau potable de sa commune peut les demander à sa mairie ou auprès d’Hydropolis.

L’eau brute du puits ou d’une source est souvent impropre à la consommation humaine. Il faut contacter l’ARS afin d’obtenir les informations relatives aux risques de pollution et les modalités de déclaration et de contrôle.

Toute personne exploitant une source privée à usage alimentaire est responsable de la qualité de son eau (art. L.1321-1 du code de la santé publique).

Une connexion entre le réseau d’eau public et une installation privée est formellement interdite (toute entrée d’une eau inconnue dans le réseau public entraine un risque sanitaire).

Oui sous conditions. Pour les usagers disposant d’une ressource privée en eau (puits, forage, récupération d’eau de pluie) utilisée à des fins domestiques et générant un rejet d’eaux usées dans le réseau public d’assainissement collectif, la redevance d’assainissement est calculée :

  • Soit par un forfait annuel en fonction des caractéristiques de l’habitation (surface, nombre de personnes…)
  • Soit par une mesure directe de l’eau utilisée par un dispositif de comptage normalisé, posé et entretenu aux frais de l’usager.

Si la ressource en eau est gratuite à l’état naturel, elle n’est pas pour autant potable ! Aussi, garantir une eau sûre, étroitement contrôlée, toujours disponible, 24h/24, à votre domicile, partout sur le territoire… sont les avantages du service de l’eau.

Son traitement pour la rendre potable, son transport pour l’acheminer à votre domicile, d’une part, mais aussi le coût de l’assainissement des eaux usées pour la protection de notre environnement sont les multiples éléments du prix du service de l’eau. L’assainissement, c’est-à-dire la collecte et le traitement des eaux usées, en représente une partie importante. C’est pourquoi il est plus juste de parler du prix d’un ensemble de services plutôt que du prix de l’eau en tant que produit.

Le prix de l’eau correspond à l’ensemble des opérations qui concernent à la fois la production de l’eau potable et sa distribution ainsi que la collecte et la dépollution des eaux usées.

Le prix de l’eau est fixé par chaque collectivité. Les disparités qui existent d’une collectivité à l’autre sont souvent dues à des différences de conditions géographiques, climatiques, dispersion de l’habitat, état du réseau… Le choix du niveau de service influe sur le prix : politique des investissements et solutions offertes aux abonnés : services clientèles (gestion des urgences 24h/24, télé relevé, plages horaires d’ouverture des accueils clientèle, …).

Le service public de l’eau et de l’assainissement se finance intégralement en couvrant ses coûts via la facturation du service à l’usager. Ainsi, le consommateur usager paie pour le fonctionnement et l’investissement du service selon le principe « l’eau paie l’eau ».

En France, la consommation domestique par habitant est de l’ordre de 140 litres d’eau par jour. (4,2 m3/mois).

  • Préférer la demi-charge dès que possible pour le lave-linge et le lave-vaisselle car faire fonctionner à pleine charge équivaut à 30 et 120 litres,
  • S’informer sur la consommation d’eau lors de l’acquisition d’un lave-linge ou d’un lave-vaisselle.
  • Récupérer l’eau que l’on fait couler avant de la boire pour arroser les plantes.
  • Une douche représente 60 à 80 litres (pour une douche de 4mn) contre 150 à 200 litres pour un bain.
  • Préférer remplir un verre d’eau lors du brossage des dents plutôt que laisser couler l’eau (économie d’environ 15 litres en 3 mn).
  • S’équiper de chasses d’eau à double-commande.
  • Arroser le jardin le soir pour éviter que l’eau ne s’évapore trop vite. Penser à s’équiper d’un programmateur journalier ou hebdomadaire.
  • Laver la voiture à l’éponge plutôt qu’au jet (un lavage au jet = 150 à 200 litres).
  • Remplacer les joints défectueux des robinets. Préférer les robinets de réducteur de débit. (Mousseurs ou aérateurs hydro-économes)
  • Installer des mitigeurs thermostatiques et je gagne un temps précieux pour régler la température
  • Repérer au plus tôt les fuites qui représentent 15 à 20 % des quantités d’eau consommées en moyenne par les ménages.

Par exemple :  Goutte-à-goutte : 4 litres par heure soit 35 m3 par an.

Mince filet d’eau : 16 litres par heure soit 140 m3 par an.

Chasse d’eau qui fuit : 25 litres par heure soit 220 m3 par an.

  1. Fermer tous les robinets et équipements consommant de l’eau (ballon d’eau chaude…),
  2. Relever les chiffres du compteur,
  3. Attendre au moins 2 heures,

Relever à nouveau les chiffres du compteur qui doivent être identiques. Si tel n’est pas le cas, il y a vraisemblablement une fuite qu’il s’agira de détecter puis de faire réparer. Si le compteur comporte un cadran témoin de consommation, il suffit de vérifier que, tous robinets fermés, ce témoin est bien immobile.

Lorsque Hydropolis constate une augmentation anormale de votre consommation d’eau, elle vous en informe dans les meilleurs délais, par tout moyen et au plus tard lors de l’envoi de votre facture d’eau.

L’augmentation est anormale dès lors que votre consommation excède le double du volume moyen consommé au cours des 3 dernières années. Cette consommation anormale peut être à l’origine d’une fuite d’eau.

Si une fuite d’eau a été détectée, vous pouvez bénéficier d’un plafonnement de votre facture d’eau dans le cadre réglementaire ci-dessous :

Vous n’avez pas à payer la part de la consommation excédant le double de votre consommation moyenne si vous présentez une attestation à votre service d’eau indiquant qu’une entreprise de plomberie a constaté une fuite et l’a réparée.

Cette attestation doit préciser la localisation de la fuite et sa date de réparation.

Vous devez envoyer cette attestation par lettre recommandée avec avis de réception dans un délai d’1 mois à partir de la notification du service d’eau vous informant de l’augmentation anormale de votre consommation.

Votre attestation doit être accompagnée d’une demande de plafonnement de votre facture d’eau.

Le dispositif de plafonnement de la facture d’eau, suite à une fuite après compteur dûment constatée et réparée, ne concerne pas l’intégralité des catégories d’abonnements au service de l’eau, ni tout type de fuite

Seuls sont concernés les locaux d’habitation, occupés à titre principal ou secondaire, qu’il s’agisse d’habitat individuel ou collectif.

Le dispositif s’applique exclusivement aux fuites sur canalisations après compteur.

Par canalisations, on entend les “tuyaux” et accessoires annexes (en particulier, les raccords, les coudes, les vannes et les joints), constitutifs de l’installation privative, qui permettent d’acheminer l’eau jusqu’à son point d’utilisation dans l’habitation (NB : Le joint après compteur fait bien partie de cet ensemble).

Les fuites dues à des appareils ménagers (ex : lave-linge) et à des équipements sanitaires (ex: chasse d’eau) ou de chauffage (ex: cumulus) ne sont pas couvertes. De même, les fuites sur la robinetterie ou tout autre système alimenté en eau pour les équipements sanitaires (chasse d’eau), de chauffage, des appareils ménagers et leurs joints de raccord, piscine, système d’arrosage, surpresseurs, fosse septique sont exclues du dispositif.

La décision de faire installer des compteurs individuels dépend des copropriétaires qui, seuls, peuvent décider de la pose de ces équipements au cours d’une assemblée générale.

Plus les ressources en eau sont polluées, plus les coûts de production sont élevés et plus les techniques de traitement sont complexes. C’est pourquoi, il faut assainir : « nettoyer » les eaux usées afin de limiter au maximum la pollution de nos réserves en eau issues des lacs, rivières et nappes souterraines. L’assainissement des eaux usées répond à deux préoccupations essentielles : d’une part préserver les ressources en eau, et d’autre part préserver le patrimoine naturel et la qualité de la vie.

L’usine de traitement d’eau potable sert à produire l’eau que nous consommons. La station d’épuration, elle, traite les eaux usées, c’est-à-dire les « eaux souillées » (issues de la vaisselle, de la lessive, des sanitaires) qui sont rejetées et collectées dans les canalisations, et, les « nettoie » avant de les évacuer vers le milieu naturel.

Pour tout incident sur la voirie, nous comptons sur vous pour nous le signaler au 04 83 88 16 70. Ce geste citoyen permet de prévenir tout gaspillage d’eau potable ou tout événement polluant.

  • Prévenir une semaine avant son départ Hydropolis afin qu’elle établisse le dernier relevé (ce qui évite de payer la consommation des successeurs !).
  • Pour un nouveau logement, nous contacter pour les modalités du contrat d’abonnement.
  • En cas de nouvelle construction, déposer un acte d’urbanisme pour vérifier la faisabilité du projet
Back To Top